IMPORTANT : Nous sommes ouverts et toujours là pour vous! Détails

La constipation : un problème silencieux

2020/12/23 Accueil Éducation et conseils

La constipation : un problème silencieux
Thalie Forest Thalie Forest Physiothérapeute

Un billet de blogue sur les selles et la constipation (partie 1)

J’ai traité, dans un billet précédent du blogue sur les prolapsus, du fait que contrôler sa constipation était un excellent moyen de prévention. C’est maintenant le temps de parler plus en détail d’une condition qui peut sembler banale, mais qui peut causer de sérieux problèmes. Saviez-vous que la constipation est reliée à l’énurésie nocturne chez les enfants? Chez les adultes, les symptômes comme des douleurs abdominales, le sentiment de ballonnement, la sensation de vidange incomplète ou de blocage anal affectent la santé mentale ainsi que la vie sociale.

Certains individus doivent pousser fort pour être capables d’évacuer leurs selles, et peuvent avoir recours à l’aide digitale pour les passer. Ils souffrent également de douleurs lorsqu’elles passent et parfois seulement lors des gaz. Il est rapporté dans une étude sur la qualité de vie des gens souffrant de constipation que chez 69% des participants, tous ces symptômes diminuent leur productivité au travail ou à l’école et augmente le nombre de visites annuelles chez le médecin. Une étude en 2006 a estimé que les coûts directs annuels de la constipation aux États-Unis peuvent dépasser 230 millions de dollars. 

De 10% à 20% des adultes rapportent des symptômes de constipation. Classiquement, le terme constipation fait référence à une diminution de fréquence de selles ou à des selles dures. On peut visuellement évaluer la constipation avec l’échelle de Bristol. Une selle normale devrait ressembler à une saucisse lisse ou avec de légères craquelures en surface. Dès que la selle devient plus dure ou grumeleuse, on peut considérer qu’il y a constipation.

Les différentes causes de constipation

La constipation est une maladie multifactorielle. La constipation aiguë ou transitoire peut être due à des changements de régime alimentaire, de voyage ou de stress. La constipation secondaire peut être un effet secondaire d’un traitement médicamenteux, de troubles neurologiques ou métaboliques, ou plus rarement, d’un cancer du côlon. Une fois que toutes ces options sont exclues, un diagnostic de constipation primaire peut être fait. La constipation primaire est divisée en deux types : un transit intestinal lent et en troubles défécatoires.

Lorsque la constipation est causée par un transit intestinal lent, le traitement de choix, après le changement des habitudes de vie, est la prise de laxatifs. Les laxatifs osmotiques sont utilisés pour augmenter la rétention d’eau dans les selles et ainsi accélérer le transit intestinal. 

Les laxatifs stimulants activent les stimulations intestinales et l’envie de déféquer. D’autres types de médication existent et je vous conseille fortement de vous référer à un médecin pour recevoir de l’aide pour naviguer la panoplie de produits.

Les troubles défécatoires sont caractérisés par une altération à l’évacuation rectale et peuvent selon les différentes causes être traités en rééducation périnéale. 

Certaines conditions peuvent être présentes en même temps et certaines peuvent devenir des conséquences des autres. Voici une liste des suspects causant les troubles défécatoires:

  • La force de propulsion rectale inadéquate
  • L’augmentation de résistance lors de l’évacuation due à :
    • L’anisme : des tensions anormalement élevées de l’anus
    • La relaxation incomplète du plancher pelvien et du sphincter anal
    • La dyssynergie : une contraction du plancher pelvien et du sphincter anal 
  • L’hyposensitivité rectale
  • Les perturbations structurelles
    • Un rectocèle
    • Une descente périnéale excessive
    • Un ulcère rectal, etc.

Le mot-clé : Biofeedback

Lorsqu’on parle des troubles défécatoires, les nouvelles études promeuvent de plus en plus la rééducation périnéale comme choix de traitement #1, délaissant peu à peu les laxatifs. C’est surtout le biofeedback qui est recommandé. Cette technique permet au patient de réapprendre à bien augmenter la pression intra-abdominale tout en relaxant les muscles du plancher pelvien. Il est important que vous sachiez que la prise de laxatifs ou une chirurgie n’est pas votre seule option lorsque vous souffrez de constipation et de troubles défécatoires. Alors n’hésitez pas à consulter en physiothérapie, il y a de fortes chances que vous vous sentiez mieux lors de votre transit quotidien!

Références

Heidelbaugh JJ, Stelwagon M, Miller SA, Shea EP, Chey WD. The spectrum of constipation-predominant irritable bowel syndrome and chronic idiopathic constipation: US survey assessing symptoms, care seeking, and disease burden. Am J Gastroenterol. 2015;110(4):580‐587. doi:10.1038/ajg.2015.67

Bharucha AE, Pemberton JH, Locke GR 3rd. American Gastroenterological Association technical review on constipation. Gastroenterology. 2013;144(1):218‐238. doi:10.1053/j.gastro.2012.10.028

Hsiao YC, Wang JH, Chang CL, Hsieh CJ, Chen MC. Association between constipation and childhood nocturnal enuresis in Taiwan: a population-based matched case-control study. BMC Pediatr. 2020;20(1):35. Published 2020 Jan 28. doi:10.1186/s12887-020-1939-z

Prichard DO, Bharucha AE. Recent advances in understanding and managing chronic constipation. F1000Res. 2018;7:F1000 Faculty Rev-1640. Published 2018 Oct 15. doi:10.12688/f1000research.15900.1

Trouvez une clinique

Cliquez sur votre région

Ontario 1 Clinique Open

Voir toutes les cliniques sur une carte Voir toutes les cliniques sur une carte