Trouvez une clinique

KinatexL’ENTORSE DE CHEVILLE

L’ENTORSE DE CHEVILLE
  • Publié le lundi 20 juin 2016

L’ENTORSE DE CHEVILLE

L’entorse de cheville est une blessure fréquente qui peut survenir dans une multitude d’activités sportives, tout comme dans la vie courante. Qu’elle soit due à un faux mouvement, une marche manquée ou un traumatisme quelconque, le mécanisme de blessures le plus fréquent est l’inversion de la cheville. Le mouvement excessif de la cheville vers l’intérieur causera une atteinte du complexe ligamentaire latéral externe, ce qui représente 85% des cas.

SÉQUENCE DES STRUCTURES ATTEINTES LA PLUS COMMUNE

LES 3 GRADES DE L’ENTORSE

1.     Ligament talo-fibulaire antérieur Garde 1 Élongation ligamentaire
2.     Capsule antéro-latérale Grade 2 Déchirure ligamentaire partielle
3.     Ligament tibio-fibulaire distal Grade 3 Déchirure ligamentaire totale
4.     Ligament fibulo-calcanéen  
5.     Ligament talo-fibulaire postérieur

Comment le physiothérapeute peut-il intervenir?

Au cours des années, la physiothérapeute a fait ses preuves. Selon de nombreuses recherches révisées par des revues scientifiques¹², la physiothérapie peut s’avérer un outil intéressant dans la rémission des 3 phases de guérison, peu importe le grade:

PHASE 1:

Inflammatoire

(jusqu’à 10 jours post trauma)

 

PHASE 2:

Profilération

(4-8 semaines)

PHASE 3: 

Remodelage

(jusqu’à un an)


Intervention

  • Taping
  • Électrothérapie

Conseils

 Intervention

  • Mobilisations
  • Taping selon activités du patient
  • Électrothérapie
  • Glace, au besoin
  • Exercices de renforcement et proprioception

 Intervention

  • Progression exercices

Conseils

  • Taping pour activité fonctionnelles et sportives selon les besoins et la condition du patient.

Cliniquement, du patient actif à l’athlète, une prise en charge rapide en physiothérapie aide à accélérer la convalescence, mais surtout à éviter des répercussions à court et à long terme.

Une consultation avec nos professionnels chez Kinatex permettra d’optimiser la guérison et d’éviter la douleur résiduelle, les contraintes mécaniques, musculaires ou posturales et minimisera la chance d’une récidive.

Services associés

Références

¹Lin CC, Hiller CE, de Bie RA, Evidence-based treatment for ankle injuries: clinical perspective, Journal of Manual and Manipulative Therapy 2010; 18(1): 22-28.

²Peterson W, Rembitski IV, Koppenburg AG, Ellermann A, Liebau C., Bruggemann, Best R, Treatment of acute ankle ligament injuries a systematic review, Arch Orthop Trauma Surg, Août 2013; 133(8): 1129-1141.