Trouvez une clinique

KinatexCommotions cérébrales au hockey et prévention

Commotions cérébrales au hockey et prévention
  • Publié le lundi 12 février 2018

Commotions cérébrales au hockey et prévention

Depuis quelques années, on entend beaucoup parler de commotion cérébrale dans le monde du hockey, tant au niveau professionnel qu’au niveau amateur.

Voici un article très intéressant avec la participation de Maxime Gauthier, physiothérapeute à Kinatex St Laurent/Physimed.

http://oppq.qc.ca/articles_blogue/commotions-cerebrales-au-hockey-et-prevention/

Plusieurs joueurs de la Ligue nationale de hockey ont subi ce genre de problème, pensons à Sidney Crosby, Daniel Brière ou Kristopher Letang. En fait, peu importe le calibre, le hockey moderne est devenu plus rapide et plus compétitif et entraine une hausse de traumatisme crânio-cérébral chez ses adeptes. Ce phénomène, qui n’a rien de nouveau, inquiète de nombreux parents de jeunes hockeyeurs.

Qu’est-ce que la commotion cérébrale ?

Pour pouvoir parler de commotion cérébrale, de traumatisme crânien ou de traumatisme cranio-cérébral, il faut un choc au niveau de la tête ou du cou causant un endommagement des tissus du cerveau ou de la moelle épinière cervicale.

La commotion cérébrale, fréquente dans les sports de contact et dans les accidents de la route, résulte habituellement d’un coup à la tête ou encore d’une ou plusieurs secousses violentes. Les cellules nerveuses (neurones) peuvent alors être endommagées et causer différents symptômes, pouvant aller de la confusion minime au coma. Selon Statistiques Canada, la commotion cérébrale serait l’une des principales causes de décès et de handicap chez les moins de 45 ans.

Les principaux symptômes de la commotion au hockey

Il existe trois degrés de traumatismes crâniens :

  • les traumatismes légers : n’entrainant aucune perte de conscience et aucune fracture du crâne
  • les traumatismes moyens : entrainant une perte de conscience de quelques minutes ou une fracture du crâne
  • les traumatismes graves : entrainant un coma

Dans la plupart des cas, la commotion sera suivie de maux de tête récurrents ou encore d’une sensation de pression au niveau de la tête. Toutefois, selon le degré d’importance du traumatisme, les fonctions cérébrales peuvent également être affectées. Voici quelques signes et symptômes pouvant être liés à la commotion cérébrale :

  • perte de mémoire
  • confusion
  • étourdissement
  • trouble de la vue et de la parole
  • évanouissement, perte de conscience
  • amnésie
  • bourdonnement
  • nausées et vomissements
  • fatigue

Dans presque tous les cas, il est primordial d’être suivi rigoureusement par un professionnel de la santé pour ne pas aggraver sa situation, surtout si les symptômes perdurent plus de 3 ou 4 jours.

L’importance d’une évaluation précise : commotion cérébrale et autres blessures liées

Maxime Gauthier, physiothérapeute chez Kinatex Sports Physio et expert consultant auprès de hockeyeurs professionnels (Sidney Crosby, Vincent Lecavalier, Ryane Clowe, James Reimer et Taylor Hall), souligne l’importance d’une évaluation précise dans un cas de commotion cérébrale.

Il explique que lorsqu’il traite un cas de commotion cérébrale, il doit d’abord procéder à une évaluation approfondie de l’état du patient. Puisqu’il existe plusieurs types de traumatismes crâniens, il est primordial de savoir si la victime a auparavant subi d’autres impacts importants que celui pour lequel elle consulte.

Il n’est pas rare qu’une victime de commotion ait subi des déchirures ligamentaires au niveau des vertèbres cervicales. Ce fut notamment le cas de Sidney Crosby en 2011, qui après un repos prolongé, présentait encore des symptômes de commotion cérébrale. Après lui avoir diagnostiqué une déchirure du ligament des vertèbres cervicales, les experts réorientèrent son traitement.

Bien que les signes et symptômes s’apparentent à ceux de la commotion, le traitement d’une blessure au niveau des vertèbres cervicales est très différent. C’est habituellement à la suite d’un impact au niveau du cou, que les vertèbres cervicales reliées entre elles par plusieurs articulations subissent des déplacements, des fractures, des entorses ou d’autres lésions.

Maxime Gauthier indique que normalement, ces blessures que l’on appelle communément des blessures aux tissus mous, guérissent plus facilement et plus rapidement qu’une commotion cérébrale. C’est pourquoi il est primordial qu’un diagnostic précis soit établi dès le départ, afin de cibler adéquatement le problème et d’opter pour le bon traitement.

Dans le cas de Sidney Crosby, plusieurs consultations furent nécessaires avant de comprendre exactement quelle était l’origine des symptômes.

Le physiothérapeute pourra guider son patient vers le processus de guérison qui lui convient le mieux, quitte à l’orienter vers d’autres spécialistes au besoin. La durée du traitement varie en fonction de la sévérité des symptômes. Combien de joueurs de hockey ont précipité leur retour au jeu pour ensuite subir une autre commotion ? Il faut donc recevoir un diagnostic précis et attendre la disparition complète des symptômes pour s’assurer de diminuer au maximum les risques de répétition.

Services associés