Trouvez une clinique

Le syndrome fémoro-patellaire: A qui la faute ?

2017/06/14 Accueil Éducation et conseils

Le syndrome fémoro-patellaire: A qui la faute ?

Les blessures aux genoux sont de plus en plus fréquentes. Selon la littérature, le syndrome fémoro-patellaire serait plus éminent chez les coureurs et aussi chez les personnes travaillant en position accroupie. La raison est forte simple : la surutilisation de l’articulation du genou. Habituellement, cette pathologie s’adresse majoritairement à l’agente féminine de 10 à 30 ans.

Mais qu’est-ce que c’est?

Le syndrome fémoro-patellaire est une inflammation du cartilage rotulien qui survient lors de son passage de la rotule dans l’échancrure fémorale. Il est souvent associé à un mauvais guidage de la rotule lors des mouvements de flexion(plier) et d’extension(déplier) du genou. Selon les études biomécaniques, c’est souvent ce mauvais guidage de la rotule dans l’échancrure fémorale qui crée des forces anormales sur les surfaces fémoro-patellaires. Le stress excessif exercé sur ces surfaces articulaires cause alors une altération du cartilage articulaire et l’inflammation s’en suit.

Existe-t-il un lien entre le genou et la hanche?

 La nouvelle tendance est que les faiblesses des abducteurs et rotateurs externes de la hanche et du tronc sont impliquées dans certaines pathologies biomécaniques du quadrant inférieur.

Le grand et le moyen fessier sont les principaux muscles responsables de l’abduction et de la rotation externe du fémur. Une faiblesse de ces muscles amènera donc une adduction et une rotation interne excessive du fémur lors des mouvements de flexion et d’extension du genou en mise en charge. Cette biomécanique déficiente à la hanche causera une augmentation du valgus au genou et affectera ainsi le guidage de la rotule.

Des études réalisées en 2009 par le Dr. Christopher Powers ont démontré que les gens atteints du syndrome fémoro-patellaire présentaient une augmentation de la rotation interne de la hanche lors d’activités comme le saut et la course à pieds comparativement à une population non-symptomatique. Les gens atteints du syndrome fémoro-patellaire présentaient également une augmentation de l’angle de valgus au genou durant toute l’exécution du mouvement de descente d’escaliers. Ces résultats nous montrent qu’il existe un lien direct entre la faiblesse des muscles de la hanche et les dysfonctions mécaniques du genou ce qui est souvent observé en clinique.

 La biomécanique du genou sera également influencée par la fonction de la région lombaire, de la cheville et des structures proximales au genou. Il est donc assuré que lorsqu’un client se présente avec une douleur non-traumatique au genou, une évaluation détaillée en physiothérapie s’impose.

Au plaisir de travailler avec vous!

Services associés

Physiothérapie

Trouvez une clinique

Voir toutes les cliniques sur une carte Voir toutes les cliniques sur une carte