Prendre un rendez-vous

Comment diminuer la douleur et maintenir une bonne qualité de vie avec un diagnostic d’arthrose?

2018/12/18 Accueil Éducation et conseils

L’arthrose est une maladie très prévalente dans la population. En effet, plus de 5 millions de Canadiens en sont atteints soit une personne sur dix et, bien qu’il s’agisse d’une maladie dégénérative donc impossible à guérir, une prise en charge optimale peut permettre de réduire les douleurs ressenties, d’en limiter la progression et d’améliorer les capacités physiques.

Comment diminuer la douleur et maintenir une bonne qualité de vie avec un diagnostic d’arthrose?

QU’EST-CE QUE L’ARTHROSE?

L’arthrose se caractérise par la dégénérescence du cartilage d’une articulation. En présence d’arthrose, le cartilage, qui sert à amortir les chocs, n’est plus efficace et ce sont alors les os qui subissent directement l’impact. Dans les stades plus avancés d’arthrose, ceux-ci réagissent en formant de petites excroissances d’os, appelés ostéophytes.

QUELS SONT LES SYMPTÔMES DE L’ARTHROSE?

Si vous êtes atteint d’arthrose, voici les symptômes que vous pouvez ressentir :

  • De la douleur profonde et difficile à localiser
  • Des raideurs articulaires de moins de 30 minutes lors de votre réveil le matin
  • De la chaleur et un gonflement de l’articulation atteinte
  • Des craquements
  • Des déformations articulaires
  • De l’instabilité
  • Sensation d’une penture qui grince

QUI SONT LES PERSONNES PRINCIPALEMENT TOUCHÉES?

L’arthrose est une maladie davantage prévalente chez la population âgée, mais qui peut également être présente chez les plus jeunes. En effet, il existe deux types d’arthrose. L’arthrose primaire est davantage due à l’âge et à l’usure de l’articulation, tandis que l’arthrose secondaire se développe à la suite d’un traumatisme, d’une surcharge ou d’une surutilisation. Par exemple, une personne ayant un surplus de poids significatif tout au long de sa vie ou une personne travaillant à genou ou accroupi plusieurs heures par jour pendant plusieurs années, seront plus à risque de développer de l’arthrose au niveau des genoux.

FACTEURS DE RISQUE DE L’ARTHROSE

Les facteurs de risques de l’arthrose sont importants à connaître et à identifier car ils pourront diriger une partie du traitement mais surtout à prévenir l’apparition ou l’aggravation de  l’arthrose. En voici les principaux :

  • Âge
  • Sexe
  • Surcharge pondérale
  • Antécédents familiaux
  • Métier
  • Blessures articulaires
  • Faiblesses musculaires

 

IL EST IMPORTANT DE BOUGER, MAIS SURTOUT DE BIEN BOUGER!

Vous pourriez avoir tendance à limiter l’activité physique afin d’éviter les douleurs dues à l’arthrose. Cette méthode, bien qu’efficace à court terme, risque toutefois de nuire à votre santé à long terme. En effet, vous risquez de perdre graduellement de la force musculaire et de devenir de moins en moins fonctionnel. Les activités que vous trouviez auparavant faciles pourraient alors devenir difficiles et douloureuses. De plus, vos muscles risquent d’être moins efficaces pour bien contrôler vos mouvements au quotidien, engendrant davantage de mouvements anormaux dans vos articulations, ce qui pourrait blesser votre cartilage et augmenter les symptômes de l’arthrose.

De plus, si vous faites des activités qui occasionnent trop de stress au niveau de vos articulations, le processus inflammatoire va se déclencher et c’est à ce moment que vous observerez de la rougeur, de la chaleur, un gonflement et une augmentation de douleur à l’articulation atteinte. Il est donc important de faire de l’activité physique, mais de bien doser l’activité.  Ce principe se nomme la quantification du stress. Par exemple, si vous avez été inactif pendant une longue période, il ne serait pas adéquat d’aller soudainement faire une randonnée pédestre de 2h. Vous devriez plutôt débuter par de courtes promenades d’une quinzaine de minutes et augmenter graduellement votre temps de marche. Les courtes séances d’activité physique quotidiennes sont donc à privilégier.  Pour en savoir plus sur le principe de la quantification du stress, cliquez ici pour lire notre article.

En période inflammatoire ou de douleur aiguë, les sports avec des impacts, telle la course et les sauts, sont à proscrire alors que les sports sans mise en charge, tels que la natation et le vélo, sont à privilégier. En effet, le poids de votre corps n’est alors pas supporté par vos articulations atteintes, ce qui diminue la compression sur le cartilage malade. Ces sports permettent entre autres de faire circuler le liquide dans votre articulation et ainsi d’assurer une bonne nutrition aux cellules du cartilage, ralentissant la dégradation de celui-ci.

Vous pouvez également utiliser une aide à la marche, comme une canne ou des bâtons de marche, pour diminuer la charge sur l’articulation atteinte. La prise de médication analgésique en vente libre, comme l’acétaminophène, est également un bon moyen pour réduire la douleur lors des activités et ainsi demeurer actif. N’hésitez pas à en parler à votre pharmacien.

Mais comment savoir si l’activité que vous faites est trop exigeante pour votre articulation? Si vous ressentez une augmentation de douleur ou de raideur importante, ou que des signes inflammatoires (rougeur, chaleur, gonflement) apparaissent à la suite de l’exercice ou le lendemain matin, celui-ci n’était pas adapté à votre condition. Il est alors conseillé de mettre de la glace 20 minutes aux 4 heures et de mettre l’articulation au repos, notamment en utilisant un aide à la marche. Lorsque les symptômes auront diminué, vous pouvez reprendre votre activité en diminuant l’intensité de la tâche et en l’augmentant de façon progressive par la suite sans douleur.

 

QUEL EST LE MEILLEUR TRAITEMENT POUR L’ARTHROSE?

Étant une maladie dégénérative, il n’est pas possible de guérir l’arthrose. Il est toutefois possible de diminuer les symptômes et d’en ralentir la progression. Selon un document du “American Academy of Orthopaedic Surgeons” (Jevsevar, 2013), les exercices de renforcement musculaire et de contrôle neuromusculaire font parties intégrantes de la réadaptation des personnes atteintes d’arthrose. En effet, tel que mentionné plus tôt, lorsque vos muscles sont faibles ou que votre contrôle neuromusculaire est diminué, des mouvements aberrants se produisent dans vos articulations et augmentent vos douleurs. Un physiothérapeute peut alors vous bâtir un programme d’exercice personnalisé afin de palier à ces problématiques et de favoriser un contrôle harmonieux de tous vos mouvements.

Si vous souffrez d’arthrose aux genoux ou aux hanches et que vous avez un surplus pondéral, une diminution de poids sera nécessaire pour vous permettre de diminuer la charge sur vos articulations, et par le fait même, vos douleurs. Une nutritionniste peut vous guider dans ce cheminement en vous offrant un plan personnalisé. De plus, Cathy Dion, nutritionniste chez Kinatex, conseille de modifier progressivement vos habitudes alimentaires afin d’obtenir une perte de poids durable.  Un de ses trucs: intégrer davantage de légumes que de fruits dans votre menu quotidien. Les légumes sont faibles en calories et leurs fibres servent de coupe-faim en plus de vous fournir vitamines et minéraux pour vos articulations.

 

POURQUOI RESSENTEZ-VOUS DE LA DOULEUR?

La douleur est un phénomène complexe qui est d’abord utilisé comme signal d’alarme par notre corps. Par exemple, si vous posez votre main sur le rond brûlant d’une cuisinière, votre corps enverra un signal de danger à votre cerveau. Celui-ci traduira ce message en douleur ressentie à la zone blessée afin de vous inciter à retirer votre main. Si vous êtes atteint d’arthrose et que vous faites une activité trop intense, la zone atteinte va alors envoyer un message à votre cerveau pour lui dire qu’il y a une blessure et votre cerveau va la protéger en envoyant des signaux douloureux.

Il arrive toutefois, lorsque l’on ressent de la douleur fréquemment, que le système d’alarme se dérègle. Le cerveau envoie alors des messages douloureux disproportionnés par rapport à l’atteinte physique observée. On appelle ce phénomène sensibilisation centrale. Si tel est votre cas, il est possible alors que votre douleur varie en fonction de votre niveau de stress, votre humeur, votre fatigue, etc. Diminuer ou éliminer les situations stressantes de votre quotidien, s’assurer de dormir suffisamment et mieux gérer votre stress peut alors permettre de diminuer une partie de vos douleurs. N’hésitez pas à consulter en psychologie si vous avez besoin de conseils dans ces domaines.


POUR EN SAVOIR PLUS

Si vous souhaitez recevoir plus d’information au sujet de l’arthrose ou si vous souffrez d’arthrose et que vous souhaitez bénéficier d’une prise en charge adéquate et de conseils pour vos activités, venez consulter notre équipe chez Kinatex. Nous offrons même des soins à domicile si vous ne pouvez pas vous déplacer dans l’une de nos cliniques!

Audrée Marcotte, physiothérapeute

Références

Jevsevar, D. (2013) Treatment of Osteoarthritis of the Knee: Evidence-Based Guideline, 2nd Edition, J Am Acad Orthop Surg 2013;21:571-576, http://dx.doi.org/10.5435/JAAOS-21-09-571

Services associés

Trouvez une clinique

Voir toutes les cliniques sur une carte Voir toutes les cliniques sur une carte