Trouvez une clinique

Le musicien, un patient pas comme les autres

2018/02/06 Accueil Éducation et conseils

Le musicien, un patient pas comme les autres

Le musicien n’est pas un patient comme les autres, cela du fait que des changements subtils à ses habiletés motrices l’atteignent au plus profond. Dans son cas, l’examen médical comporte un aspect unique, l’évaluation à l’instrument, laquelle aide le clinicien spécialisé en médecine des arts à poser le bon diagnostic et à trouver le problème à l’origine de la blessure. « La posture doit soutenir le geste répétitif et hautement technique que demande la performance instrumentale. Elle ne doit pas entraver mais libérer le fonctionnement fluide de la main et des doigts au service de l’interprétation musicale », explique Philippe Chamagne dans son article
« Éducation physique préventive pour les musiciens » (aleXitère, 1998)
En physiothérapie, l’évaluation doit être orientée vers l’analyse biomécanique du mouvement (étude de la mécanique des mouvements du corps) et de la posture en cours de travail afin d’évaluer les stress mécaniques induits à l’instrument.
Le traitement sera dirigé principalement vers la correction des déséquilibres posturaux, articulaires, et musculaires dynamiques (en mouvement) présents chez le musicien pendant qu’il joue de son instrument. Puisque le jeu sollicite directement ou indirectement la musculature proximale stabilisatrice, il est de première importance d’évaluer le musicien globalement en incluant le tronc et la ceinture scapulaire.

L’ATTÉNUATION DES SYMPTÔMES PAR UN PROGRAMME D’EXERCICE

Une douleur aux muscles de l’avant-bras ou de la main peut être causée par l’effort excessif qui leur est imposé. Souvent, cet excès d’effort est lui même dû à une faiblesse ou une diminution d’endurance de la musculature proximale (muscles de la ceinture scapulaire) qui supporte le membre supérieur. Un programme de renforcement musculaire spécifique sera nécessaire afin de stabiliser cette structure.
Au niveau de l’avant-bras, « la souplesse et la force du poignet nécessitent un équilibre entre les muscles fléchisseurs et extenseurs, mais aussi entre les muscles qui inclinent la main du côté radial (pouce) et cubital (auriculaire). Le muscle cubital postérieur devient important pour soutenir le côté cubital de la main mobile et contrebalancer la force des muscles radiaux et abducteurs du pouce », rappelle M. Chamagne.

Orthèses et repos d’instrument : des modalités thérapeutiques

Le port d’orthèses change la mécanique musculaire et facilite la régénération cellulaire en diminuant la charge sur le tendon affecté.
Quant à la prescription de repos de l’instrument, elle doit être soigneusement étudiée avec le musicien. Selon l’expérience de Brandfonbrener, le repos partiel est en général préférable au repos complet. Dans ce dernier cas, non seulement les habiletés musicales se détériorent rapidement, mais le niveau d’anxiété et de dépression s’accroît proportionnellement. Par repos partiel on entend un temps d’activité musicale minimal associé à une augmentation graduelle du temps de pratique de l’instrument. Parallèlement, une augmentation progressive de la difficulté des pièces est recommandée.

Enfin, la littérature scientifique mentionne également l’acupuncture comme moyen de soulager la douleur à court terme.

 

Isabelle Duchesne, B.Sc., Pht, FCAMT, et Fellow de l’Académie canadienne de thérapie manuelle,
est physiothérapeute chez Kinatex Sports Physio Rosemont. Elle soigne des musiciens professionnels depuis plusieurs années.

Services associés

Physiothérapie

Trouvez une clinique

Voir toutes les cliniques sur une carte Voir toutes les cliniques sur une carte