Ne laissez pas les blessures ralentir votre préparation au triathlon – conseils de prévention d’un physiothérapeute

2022/07/26 Accueil Éducation et conseils

Ne laissez pas les blessures ralentir votre préparation au triathlon – conseils de prévention d’un physiothérapeute
Daniel Abrego Lemus Daniel Abrego Lemus Physiothérapeute

La période estivale est un moment ou plusieurs évènements se déroulent tel le IRONMAN de Mont-Tremblant qui s’est tenu en date du 25 juin. Cette compétition consiste en trois disciplines combinées : la natation, la course et le vélo.

Cette épreuve, bien qu’apprécié par plusieurs, comportent plusieurs risquent de blessures. Aucun athlète n’est à l’abri de blessures. Pour cette raison, nous en profitons de vous parler des blessures les plus fréquemment rencontrés dans notre clinique et quelques conseils qui pourront vous aider pour chacune de ses disciplines.

Tendinite de l’épaule/ accrochage de l’épaule

Le suffixe « ite » signifie inflammation. Nous parlons donc d’une inflammation des tendons de l’épaule qui peut être accompagnée d’un pincement lors de certains mouvements particulièrement ceux au-dessus de la tête.

Cette pathologie est fréquente pour les nageurs étant donné les mouvements répétitifs avec les bras en élévation. Les symptômes fréquents : la douleur à l’épaule pouvant irradier au bras, sensation de pincement, la faiblesse au bras, difficulté de dormir sur le bras affecté.

Ironman

La prévention est le meilleur outil pour éviter ce type de douleur. Il faut une mobilité optimale des épaules, une force au niveau des épaules et une stabilité du tronc pour s’assurer que les tendons puissent supporter le stress qui leur est imposé. Une évaluation avec un physiothérapeute vous aidera à analyser votre mécanique, déterminer les lacunes et ainsi pouvoir les travailler pour ainsi continuer votre sport sans douleur.

Si la douleur s’installe toutefois, du repos pour une période initiale serait utile afin de laisser vos structures récupérer. Des massages au niveau des épaules/omoplates vous aidera à désengorger votre musculature à la suite de vos entrainements en plus d’augmenter le flux sanguin dans la région afin de favoriser la guérison. Suivant un repos initial, il est recommandé de débuter un renforcement progressif des muscles de l’épaule et scapulaires et de travailler au niveau de la mobilité afin de préparer votre corps pour le retour. Par la suite, un retour progressif à la nage. Le mot clé ici est progressif. Vous pourriez réduire la durée et l’intensité mais augmenter le nombre de séances d’entrainements pour ainsi permettre à votre corps de s’adapter.

La périostite du tibia et la fracture de stress

La périostite est une inflammation du périoste qui recouvre votre ossature. Cette inflammation survient généralement par des stress répétitifs de compression tel lors de la course à pied. Elle est fréquente au niveau des tibias particulièrement sur l’aspect médial. Si un période de repos n’est pas entrepris, cette pathologie peut devenir une fracture de stress qui consiste en des micro fractures.

Les symptômes fréquents de cette pathologie sont des douleurs au niveau du tibia lors de la mise en charge, une douleur à la palpation sur l’aspect médial du tibia et une inflammation locale.

Cette pathologie est souvent causée par une augmentation importante de votre volume de course ou de votre intensité d’entrainement ne laissant pas la chance à vos structures de s’adapter. Une technique de course non adéquat peut contribuer à cette pathologie.

Ironman

Pour prévenir cette condition, un entrainement progressif est de mise. Une évaluation de votre patron de course par un physiothérapeute vous permettra d’optimiser votre course tout en minimisant vos risques de blessures. De plus avoir des outils adéquats tel de bon soulier de course vous aidera grandement. Une alimentation sainte et équilibré en calcium et en vitamines D aidera vos os à récupérer adéquatement.

Lorsque cette condition s’est installée, une période de repos est de mise qui peut être variable de 4-8 semaines pour laisse la chance à vos structures de récupérer. Des exercices de massage à l’aide d’un foam roller au niveau des mollets, interne et externe, des exercices de mobilité et de renforcement du membre inférieur vous aideront à vous préparer pour votre retour à la course. Durant la période de repos, des exercices de renforcement en non mise en charges vous seront bénéfiques afin de garder vos muscles actifs.

Syndrome de la bandelette ilio tibial

La bandelette ilio-tibial est une large bande rigide et mince qui sert d’attache d’un muscle de la hanche, le tenseur du fascia lata, longeant la partie externe de la cuise pour enfin s’attacher au niveau du genou. Lors de la course et du vélo, il y a des mouvements répétitifs de flexion du genou. Lors de ce mouvement, la bandelette se déplace par-dessus le condyle externe du fémur d’avant en arrière. Lorsque cette structure manque de souplesse, elle frotte de manière importante sur le condyle produisant une inflammation.

Les personnes atteintes peuvent percevoir de la douleur sur l’aspect latéral du genou ou de la cuisse lors de mouvements répétés du genou tel le vélo, la course, les escaliers. Une inflammation sur l’aspect latéral du genou peut être notée.

Ironman

Plusieurs facteurs peuvent contribuer à l’apparition de ce syndrome et voici quelques conseils. Assurez-vous d’avoir :

  • Des souliers de courses adéquats
  • Un positionnement adéquat de votre vélo
  • Un patron de course optimale
  • Un plan progressif pour augmenter votre volume et intensité d’entrainement
  • Une mobilité et la force adéquate pour vous soutenir dans vos objectifs d’entrainement

Un physiothérapeute pourrait vous aider à couvrir ses détails afin de minimiser vos risques de blessures.

Si jamais la douleur s’installe, vous pourriez relâcher la bandelette ilio tibiale à l’aide d’un foam roller De la glace pour une période de 15-20minutes quelques fois par jour sur l’aspect latéral du genou aidera à gérer la douleur et réduire l’inflammation. Nous rencontrons fréquemment ce syndrome lorsqu’il y a une faiblesse au niveau de la hanche. Des exercices de renforcement de la hanche vous aideront à régler la cause.

Les blessures de surutilisations, tel le syndrome de la bandelette ilio tibial, la tendinite de l’épaule et les fractures de stress, sont des blessures fréquentes dans les IRONMAN. Un entrainement progressif et une préparation plusieurs mois d’avance vous aideront à minimiser vos risques de blessures. La prévention n’a pas de prix et souvent sous-estimée. Pour ces raisons, nous recommandons à tous les patients de prendre une évaluation avec un physiothérapeute avant toute compétition d’envergure afin d’avoir les outils nécessaires pour réaliser vos objectifs sans douleur. Si vous avez des douleurs persistantes, prenez le temps de les traiter à l’aide de l’un de nos experts, car la prochaine compétition n’est jamais bien loin !

Si vous préférez de discuter avec un thérapeute avant de prendre rendez-vous, vous pouvez organiser un appel d’orientation gratuitement en cliquant ci-dessous:

Services associés

Physiothérapie

Trouvez une clinique

Cliquez sur votre région

Voir toutes les cliniques sur une carte Voir toutes les cliniques sur une carte