Les descentes d’organes (prolapsus pelvien) : Que faire? - Kinatex Beauport
Maintien du port du masque en clinique après le 14 mai. Détails

Les descentes d’organes (prolapsus pelvien) : Que faire?

2021/08/27 Accueil Éducation et conseils

Les descentes d’organes (prolapsus pelvien) : Que faire?
Laurie Gauvin Laurie Gauvin Physiothérapeute en rééducation périnéale et pelvienne

Les descentes d’organes, aussi appelées prolapsus pelviens, sont une problématique relativement fréquente, mais souvent inconnue de bien des femmes.

⇒ Elles touchent jusqu’à 56% des femmes post-partum et 40% des femmes de 50 ans et plus.

Par contre, comme elles peuvent être longtemps asymptomatiques, plusieurs femmes ne savent pas qu’elles en souffrent! Et quand elles deviennent symptomatiques, un diagnostic de descente d’organes peut être très anxiogène.

Que ce soit en prévention ou en traitement, une meilleure compréhension des descentes d’organes, de leurs causes et de leurs traitements vous permet d’être mieux outillée face à celles-ci!

Définition : qu’est-ce qu’une descente d’organes?

⇒ Une descente d’organes est la protrusion d’un ou de plusieurs murs vaginaux sous la pression d’un ou de plusieurs organes.

Elle survient suite à une diminution du support des viscères pelviens, qui est assuré par le système ligamentaire et le plancher pelvien. Les ligaments stabilisent les viscères dans la cavité abdominale, alors que le plancher pelvien agit plutôt comme un hamac qui vient les supporter par en bas. Lorsque l’une ou l’autre de ces structures est atteinte, la gravité tire les organes vers le bas et ils viennent alors faire pression sur les murs vaginaux. La vessie, l’urètre, l’utérus, le rectum et l’intestin grêle sont les organes qui peuvent être atteints. Selon la gravité du prolapsus, il est coté du grade I à IV (I étant le plus léger, IV le plus sévère).

Les descentes d’organes peuvent être complètement asymptomatiques, mais peuvent aussi causer plusieurs problèmes : une sensation de lourdeur vaginale, de la douleur lombaire, des fuites urinaires ou de la difficulté à uriner, de la douleur aux relations sexuelles, de la constipation et des pertes de selles involontaires. On peut voir ou sentir une masse à l’intérieur ou à l’extérieur du vagin, ce qui est parfois le premier signe remarqué par les femmes.

Facteurs de risques

Plusieurs facteurs peuvent contribuer au développement d’une descente d’organes. Les principales sont :

  • les grossesses
  • les accouchements
  • le vieillissement

Les grossesses et les accouchements, particulièrement les accouchements instrumentés (forceps ou ventouse) causent un affaiblissement du plancher pelvien, donc une diminution du support des organes. De plus, la relaxine sécrétée pendant la grossesse assouplit les ligaments pelviens, ce qui contribue aussi à la diminution du support. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’accouchement par césarienne n’est pas un facteur totalement protecteur contre les descentes d’organes! (1) La grossesse en tant que telle en augmente déjà les risques, via la pression de bébé sur le plancher pelvien et l’effet de la relaxine.

post partum prolapsus

Quant au vieillissement, il cause un relâchement graduel du plancher pelvien et des ligaments, particulièrement à l’approche de la ménopause, ce qui a le même effet de diminuer le support accordé aux organes.

Les autres facteurs de risque sont :

  • les chirurgies pelviennes (particulièrement l’hystérectomie, qui augmente de près de 4 fois le risque de souffrir d’une descente d’organe)
  • la génétique
  • la constipation chronique
  • le soulèvement de charges répété
  • l’obésité

Traitements

Heureusement, il y a une solution pour améliorer les descentes d’organes et les symptômes qui peuvent y être associés! Il n’est pas toujours réaliste de s’attendre à une disparition complète de celles-ci, mais il est possible de limiter leur progression, de réduire leur grade, de diminuer les symptômes dérangeants et de retarder une possible chirurgie.

Les physiothérapeutes en rééducation périnéale et pelvienne sont formées pour traiter ce type de problématique. L’approche est bien sûr personnalisée à chaque individu, mais comprend toujours les points suivants :

●  L’amélioration de la fonction du plancher pelvien avec des exercices de Kegel, pour améliorer le support offert aux organes.

Plusieurs fonctions du plancher pelvien sont évaluées, puis des exercices personnalisés sont remis à la cliente. Pour avoir les meilleurs résultats, il faut que la force, l’endurance, la coordination ainsi que la qualité de la contraction et du relâchement soient optimales! Il faut aussi s’assurer que le plancher pelvien soit recruté au bon moment et de la bonne façon au quotidien.

●  L’amélioration de posture

Une mauvaise posture peut augmenter la pression sur les viscères, ce qui nuit à l’évolution de la descente d’organe. Il est donc crucial de corriger celle-ci lorsque nécessaire.

●  Une meilleure gestion de la pression intra-abdominale

Que ce soit par une amélioration de la posture, de meilleures stratégies de gainage abdominal, un meilleur patron respiratoire ou des exercices ciblés permettant de diminuer la pression sur les viscères, une gestion optimale de la pression abdominale est importante. Moins il y a de pression sur les viscères, moins ils auront tendance à descendre!

●  L’enseignement de bonnes habitudes de vie

Les meilleures techniques pour aller à la selle sans forcer, les bonnes stratégies de soulèvement de charge et des conseils pour bien choisir ses activités sportives peuvent faire une différence marquée sur l’évolution de la descente d’organe.

Au besoin, un pessaire peut être utilisé pour supporter la descente d’organe et soulager les symptômes.

⇒ Il s’agit d’une prothèse de silicone installé dans le vagin, qui peut être une bonne option pour les descentes d’organes plus avancées ou répondant moins bien aux traitements.

Les physiothérapeutes en rééducation périnéale et pelvienne peuvent, avec une prescription médicale, faire l’installation d’un pessaire et vous montrer comment le mettre, l’enlever et l’entretenir.

Ce type de traitement nécessite par la suite des suivis réguliers avec votre physiothérapeute pour s’assurer que le pessaire soit bien toléré et qu’il ne cause pas d’irritation.

S’il est utilisé et entretenu adéquatement, le pessaire a une durée de vie de plusieurs années et comporte très peu de risques pour la santé, le principal étant l’irritation des muqueuses vaginales s’il est mal positionné ou si les muqueuses sont amincies en présence de sécheresse vaginale. Il peut être une bonne option à court, moyen ou même long terme, selon les besoins. 

En conclusion

Les descentes d’organes peuvent être anxiogènes, dérangeantes, voire même limitantes, mais il y a des options pour les traiter! Si vous en souffrez, votre premier réflexe devrait être de consulter une physiothérapeute en rééducation périnéale et pelvienne, qui pourra vous outiller et vous guider pour en diminuer le plus possible l’impact sur votre vie. Les chirurgies sont bien souvent évitables et devraient être utilisées en dernier recours seulement, à cause de leur taux de récidive élevé et de leur coût. Simplement avec des traitements conservateurs, on peut arriver à des résultats plus que satisfaisants!

N’hésitez pas à consulter une physiothérapeute en rééducation périnéale et pelvienne pour en savoir plus!

Références

1 https://www.kinatex.com/cliniques/beauport/education-et-conseils/cesarienne-comment-la-reeducation-perineale-et-pelvienne-peut-vous-aider/

Trouvez une clinique

Cliquez sur votre région

Voir toutes les cliniques sur une carte Voir toutes les cliniques sur une carte