COVID-19 : Mesures de prévention et précautions

La marche à quatre pattes

2019/09/07 Accueil Éducation et conseils

Durant sa première année de vie, votre enfant va passer par des étapes bien précises. Parmi ces étapes, on mentionne souvent le gain en contrôle de la tête, la capacité de rouler du dos au ventre et du ventre au dos, se tenir assis, marcher… mais quand est-il de la locomotion à quatre pattes? La marche à 4 pattes est-elle si importante que cela? Nous allons répondre à toutes ces questions au meilleur des faits connus à ce jour.

La marche à quatre pattes

Vers quel âge mon enfant devrait-il se déplacer à 4 pattes?

La plupart des bébés apprennent à marcher à 4 pattes entre 6 et 10 mois. Toutefois, soyez rassuré, cet âge est très variable d’un enfant à l’autre. Ainsi, pas de panique si votre petit débute le tout seulement vers l’âge de 11 mois!

Le quatre pattes est-il une phase véritable du développement moteur ?

Oui, le 4 pattes est une phase dans le développement moteur normal de l’enfant. C’est une période très riche qui permet à l’enfant de manifester ses intérêts et de commencer à découvrir le monde. C’est pour lui l’un des premiers moyens de déplacement autonome et efficace. C’est également une période que l’on pourrait comparer à la préparation olympique: on améliore notre technique et notre force pour la compétition ultime soit la marche!

Quels sont les prérequis à la marche à quatre pattes ?

Certaines étapes du développement normal de l’enfant permettront d’évoluer vers le déplacement à quatre pattes :

  • Avoir un bon contrôle de sa tête principalement acquis avec la position sur le ventre;
  • Pouvoir prendre appui sur ses mains. Par exemple être capable de prendre appui sur ses 2 mains bien ouvertes sur le ventre, coudes allongés et avoir une force et un contrôle musculaire suffisants et symétriques au niveau des épaules (ceinture scapulaire);
  • Avoir un tonus musculaire et un contrôle moteur suffisant au niveau du tronc. Par exemple être capable de maintenir la position 4 pattes et avoir une bonne stabilité en position assise, autant en position statique qu’en mouvement. Aller chercher un jouet distant assis sans tomber et en s’appuyant sur une main est un bon exemple.
  • La capacité de faire des transferts de poids des deux côtés du corps et ce dans toutes les positions. Les transferts de poids sont nécessaires à tous mouvements tel que les retournements du dos au ventre, ramper, pivoter sur le ventre et faire les transitions entre les positions dos, ventre et assis. Votre enfant doit pouvoir faire ces mouvements des deux côtés de façon symétrique.
  • Avoir une bonne force musculaire et une mobilité normale au niveau des hanches et du bassin.

Les avantages de marcher à 4 pattes

  • Ramper et la marche à quatre pattes permettent à votre enfant de découvrir son environnement par lui-même. L’exploration permet à l’enfant de tester ses capacités physiques, mais également de comprendre l’organisation de ce qui l’entoure.
  • Le quatre pattes permet à votre enfant de développer sa force musculaire au niveau de son tronc et de ses quatre membres, ce qui est préalable à la marche.
  • Le quatre pattes est un élément important dans le développement du contrôle postural. Mettez-vous à 4 pattes et dégagez une main pour atteindre un objet qui est à bout de bras : un ensemble de muscles participera alors à maintenir votre contrôle postural. C’est également ce contrôle qui vous permet de retrouver la stabilité en situation de déséquilibre et d’anticiper l’instabilité. Par exemple, tenez-vous sur une jambe et penchez-vous vers l’avant. Votre jambe qui est en l’air aura tendance à contrebalancer votre corps. Votre chute vers l’avant est anticipée et votre corps fait un contrepoids pour maintenir votre équilibre. Conséquemment, le contrôle postural est une étape clé dans le développement moteur qui permettra d’acquérir et de raffiner les mouvements chez l’enfant.
  • Le quatre pattes intègre et améliore l’efficacité des réactions de protection. La position quatre pattes stimule l’utilisation chez l’enfant de ses réflexes permettant de prévenir les blessures comme par exemple mettre ses mains devant lui lorsqu’il tombe. Cette pratique avant la marche vous évitera quelques bobos et pleurs. Merci quatre pattes!
  • Le quatre pattes aiderait à développer la motricité fine via le développement moteur et l’acquisition de la proprioception de la main.
  • Coordination contralatérale: c’est le mouvement associé du haut du corps (bras) d’un côté avec le bas du corps (jambe) du côté opposé (fonctionnement croisé).  L’alternance des mouvements le prépare à la marche étant donné l’excellente coordination que cela requiert. La coordination contralatérale entraîne aussi une influence positive sur les apprentissages cognitifs et la concentration grâce à la stimulation croisée des hémisphères droit et gauche du cerveau.

Se tenir debout avant de marcher à quatre pattes ?

Il est probable que votre enfant commence même à se lever debout contre les meubles avant de se déplacer à quatre pattes. Par contre, cela ne signifie pas que votre enfant est prêt à marcher.  Attention, il est plutôt prêt à explorer!

Comment faciliter le 4 pattes chez le bébé

Tout d’abord, la position ventrale est la porte d’entrée pour le quatre pattes chez le bébé. Il est donc primordial que vous encouragiez votre enfant à jouer dans cette position. Couchez-vous devant lui afin d’attirer son attention ou placez-le devant un miroir. Vous pouvez également rouler une couverture sous ses bras afin de l’aider à se redresser.

Lorsque votre enfant est assis entre vos jambes, encouragez-le à atteindre ses jouets par-dessus vos jambes. Votre enfant apprendra ainsi à se placer à quatre pattes et à tolérer la position.

Vous pouvez également placer l’enfant à quatre pattes en ramenant ses jambes sous son corps. Si votre bébé n’est pas en mesure de prendre la position par lui-même, il est fort probable que votre bébé n’aime pas être « coincé » dans cette position car il ne saura pas comment revenir assis ou coucher. Un bon câlin de maman saura calmer les pleurs de bébé.

Finalement, créer des parcours d’obstacles, mettre ses jouets préférés de plus en plus loin, se promener à quatre pattes pour l’amener à vous imiter sont autant de moyens pour faciliter son développement moteur et cognitif. Surtout, rappelez-vous que chaque étape se prépare et s’appuie sur la précédente. Comme le dit si bien l’adage: “à prendre son temps l’on va plus vite”!

 

Pour des conseils plus personnalisés et favoriser le développement de votre enfant avec assurance, n’hésitez pas à consulter des professionnels en santé pédiatrique.

 

Cet article a été rédigé conjointement par Julien Léger, physiothérapeute et Emilie Faraud, ostéopathe. 

Services associés

Rééducation pédiatrique

Trouvez une clinique

Cliquez sur votre région

Ontario 1 Clinique Open

Voir toutes les cliniques sur une carte Voir toutes les cliniques sur une carte