Douleurs liées à la croissance chez l’enfant - Kinatex Beauport
Maintien du port du masque en clinique après le 14 mai. Détails

Douleurs liées à la croissance chez l’enfant

2022/02/28 Accueil Éducation et conseils

Douleurs liées à la croissance chez l’enfant
Anne-Marie Boulanger-Martel Anne-Marie Boulanger-Martel Physiothérapeute

Votre enfant s’est-il déjà réveillé durant la nuit avec des douleurs aux jambes? Rapporte-t-il des douleurs aux genoux en jouant au basketball? Pour votre enfant, et pour vous en tant que parent, ces épisodes de douleur peuvent devenir une source d’inquiétude. Pas de panique! Il est possible que ces douleurs soient simplement causées par une poussée de croissance.

Qu’est-ce qu’une poussée de croissance?

La courbe de croissance est très variable d’un jeune à l’autre. La majorité de la croissance s’effectue avant la puberté, entre 3 et 14 ans. L’enfant est en constante croissance durant cette période. Cependant, les gains sont plus importants lors de la première poussée (de 3 à 6 ans) et lors de la deuxième (de 8 à 12 ans).

Durant cette période, le cartilage des plaques de croissance génère progressivement une quantité de tissu osseux. Les os longs comme ceux des jambes et des bras sont ceux dont les plaques de croissance sont les plus actives. L’élément important à savoir dans ce processus de croissance est que le squelette augmente de longueur plus rapidement que les muscles. Ce phénomène crée un stress de tension au niveau des muscles et de leurs attaches sur les os.

croissanceos

Les douleurs de croissance

Il est possible que lors de ces poussées de croissance, votre enfant se plaigne de douleurs dues à ce phénomène soit l’augmentation de la longueur des os et à l’étirement progressif de ses muscles.
La douleur de croissance est la forme de pathologie musculosquelettique la plus répandue chez les jeunes de 3 à 12 ans. La prévalence est de 37 % chez les 4 à 6 ans.

Quels sont les symptômes?

  • La douleur est diffuse et ne se situe pas aux articulations. En effet, chez ⅔ des enfants, la douleur est située au-devant des jambes, aux mollets, aux cuisses ou derrière les genoux. Elle touche habituellement soit les deux bras ou soit les deux jambes.
  • La douleur survient le soir et durant la nuit. Il est possible que cela réveille l’enfant. Le matin, la douleur est rarement présente.
  • L’intensité de la douleur est sévère à modérée.
  • La durée est de quelques minutes à quelques heures.
  • La condition est épisodique variant entre des jours à des mois. Elle peut survenir de façon quotidienne dans les cas les plus sévères.
  • Il n’y a pas de signes inflammatoires notés à l’évaluation physique, comme des rougeurs, de l’enflure ou de la chaleur.

Comment soulager les symptômes?

  • Appliquer de la chaleur au site de douleur.
  • Masser doucement la musculature tendue et effectuer des étirements musculaires.
  • Prendre l’acétaminophène ou des anti-inflammatoires pour diminuer des douleurs plus intenses.
  • Expliquer la situation à votre enfant et le rassurer. Puisqu’une poussée de croissance est temporaire, le temps améliorera la situation.

Il est recommandé de consulter un physiothérapeute ou un médecin si les douleurs sont intenses et continues, si elles sont situées à une articulation en particulier ou si la situation vous inquiète.

enfant

Les douleurs secondaires de croissance

À la suite d’une poussée de croissance récente, de nouveaux symptômes peuvent se manifester lors de la pratique de sport. Il est alors possible que votre enfant présente des signes d’une pathologie tendineuse secondaire à ces changements.

Le squelette de l’enfant croît plus rapidement que sa musculature. Les muscles prennent donc plus de temps à s’étirer et à s’adapter à la nouvelle longueur des os. En effet, ce manque de souplesse peut créer des tensions musculaires importantes. Les tendons, qui joignent le muscle à l’os, peuvent développer une force de traction excessive sur l’insertion osseuse. Puisque l’ossature est encore immature et plus malléable, la traction peut causer une inflammation localisée au point d’attache du muscle sur l’os et crée une douleur importante.

Cette pathologie pour le tendon du muscle quadriceps (muscle antérieur de la cuisse) se nomme le syndrome d’Osgood Schlatter. Le même phénomène peut se produire à d’autres endroits comme le tendon d’Achille au talon (Syndrome de Sever) et au tendon rotulien au genou (syndrome de Sinding-Larsen-Johansson). L’Osgood Schlatter est l’une des blessures les plus communes chez les jeunes de 9 à 14 ans et affecte les deux côtés dans 25 à 50 % des cas.

Quels sont les symptômes?

  • La douleur est précise et se situe au point d’attache du muscle sur l’os.
  • Les symptômes sont présents le jour et sont souvent associés à un mécanisme de répétition de mouvements comme les sauts, la course et les changements de direction.
  • La douleur est reproduite par la contraction du muscle ou la palpation du site d’insertion du tendon. Elle peut également être exacerbée par un traumatisme directement sur la zone inflammée.
  • La douleur est absente ou légère au repos et augmente lors de l’activité physique.
  • Des signes inflammatoires locaux comme de la rougeur, enflure et chaleur peuvent être présents.
  • La durée et la fréquence sont liées à l’activité physique. Si les douleurs persistent plus de 30 minutes à la suite de l’effort, il est important de consulter en physiothérapie pour diminuer l’irritabilité de la condition.

douleurs croissance

Comment soulager les symptômes?

  • Appliquer de la chaleur et étirer doucement les muscles tendus.
  • Apposer de la glace au site d’inflammation.
  • Masser doucement la musculature.
  • Prendre de l’acétaminophène ou des anti-inflammatoires pour diminuer les douleurs plus intenses.
  • Doser l’activité physique et l’entraînement des muscles spécifiques pour une récupération optimale.

En raison de la malléabilité des os à cet âge, il est important de garder un suivi avec un professionnel de la santé pour bien doser l’activité physique de votre jeune. Cela permet d’optimiser la gestion de l’inflammation et de s’assurer que la condition ne se complique pas en fracture.

Les os immatures sont plus malléables et poreux que chez l’adulte. Ces particularités rendent le squelette de l’enfant favorable à une régénérescence rapide, mais plus vulnérable au stress de traction, de compression et de torsion. Pour cette raison, la force de compression exercée par l’entraînement en poids et haltère n’est pas recommandée pour les jeunes hommes de moins de 16 ans. Chez la femme, il est adéquat de commencer 2 ans et demi après l’apparition des règles.

Un.e physiothérapeute sera en mesure de vous conseiller à ce sujet à la suite d’une évaluation. Votre thérapeute pourra vous enseigner différentes variétés de taping pour diminuer la charge des tendons.

Vous avez reconnu certains symptômes mentionnés dans l’article? Consultez notre site web et communiquez avec un membre de notre équipe. Il nous fera plaisir de vous aider!

Services associés

Rééducation pédiatrique

Trouvez une clinique

Cliquez sur votre région

Voir toutes les cliniques sur une carte Voir toutes les cliniques sur une carte