CAS VÉCU - Syndrome de la bandelette ilio-tibiale chez une coureuse - Kinatex Beauport
Maintien du port du masque en clinique après le 14 mai. Détails

CAS VÉCU – Syndrome de la bandelette ilio-tibiale chez une coureuse

2022/02/09 Accueil Éducation et conseils

CAS VÉCU – Syndrome de la bandelette ilio-tibiale chez une coureuse
Anne-Marie Violette Anne-Marie Violette Physiothérapeute

Cas vécu

Karine, 28 ans, syndrome de la bandelette ilio-tibiale

Karine m’a consultée en physiothérapie après une longue sortie de course dans le Vieux-Québec. Elle s’est retrouvée avec une douleur lancinante au genou droit, du côté externe de celui-ci. Elle était présente non seulement pendant la course, mais également durant la marche et quand elle touchait à son genou.

Inquiète, Karine a consulté ses amis et a fait une recherche sur le Web; elle pense être aux prises avec une problématique de bandelette. Son ami Guillaume lui a mentionné qu’il avait lui aussi eu ce genre de problème il y a quelques années et que ça avait pris presque 6 mois de repos pour que ça guérisse complètement.

Karine a peur de ne pas être en mesure de participer à son demi-marathon planifié dans les quelques mois suivant cet épisode. Karine, étant découragée, ne voulait surtout pas cesser la course et ne savait plus sur quel pied danser. Comme elle avait déjà consulté chez Kinatex et qu’elle avait pleinement confiance en les professionnels de la clinique, elle a donc pris rendez-vous rapidement avec moi, Anne-Marie Violette, physiothérapeute experte en course à pied.

Le diagnostic : syndrome de la bandelette ilio-tibiale

À la suite de l’évaluation et de plusieurs tests et mesures effectués, j’étais en mesure de confirmer le diagnostic : Karine avait un syndrome de la bandelette ilio-tibiale, une blessure typique chez les coureurs.

Pendant l’évaluation, j’ai pris soin de mettre en lumière les facteurs importants dans l’histoire de Karine, qui expliquaient la raison de sa blessure. Dans son cas, il s’agissait d’une progression trop rapide dans le volume (temps total d’entraînement).

Je lui ai expliqué un principe d’entraînement pour l’aider dans sa préparation : la progression.

Que vous soyez sédentaire et que vous ayez pour but de vous adonner à une nouvelle activité sportive ou que vous pratiquiez régulièrement la course à pied, la progression dans votre charge d’entraînement demeure primordiale afin d’éviter les blessures.

La charge d’entraînement est influencée principalement par :

  • le volume (temps total d’entraînement)
  • l’intensité (vitesse et dénivelé)
  • l’environnement (route, piste, sentier, etc.)

L’importance de la progression

Pour vous assurer d’une progression adéquate et sécuritaire, il est préférable d’augmenter un seul facteur à la fois et de faire en sorte que la progression ne dépasse pas les 10% par semaine.

Dans le cas présent, Karine faisait normalement trois entraînements par semaine et courait en moyenne 40 minutes par séance. Elle voulait progresser et tenter une longue sortie dans le Vieux-Québec d’une durée de 75 minutes à une vitesse d’une minute plus rapide au kilomètre. Malheureusement, c’était trop! Grâce à mes conseils éducatifs, Karine sait maintenant qu’elle doit soit augmenter sa durée, soit élever sa vitesse, tout en respectant une variation maximale de 10 % de changement.

De plus, j’ai pris le temps d’évaluer son patron de course à pied directement sur place et j’ai analysé rigoureusement son soulier de course. Ensemble, on a pu parler de plusieurs facteurs contribuant à sa blessure via une analyse sur le tapis roulant. Cette analyse m’a permis de lui donner des conseils pour optimiser sa technique de course et surtout pour prévenir l’aggravation de son cas et, par le fait même, l’apparition de nouvelles blessures.

Heureusement, Karine est repartie avec des exercices spécifiques en lien avec sa problématique et, de plus, elle a pu continuer à courir grâce à un programme de course à pied fractionné tenant spécialement compte de sa blessure au genou.

Programme de course fractionné à la suite d’une blessure

programme course

Résumé

En collaboration avec sa physiothérapeute, Karine a pu :

  • poursuivre la course sans trop de douleur grâce à un programme de course fractionné;
  • améliorer sa condition grâce à des exercices spécifiques et à des conseils adaptés à sa condition.

Lors des rencontres subséquentes en physiothérapie, son programme de course à pied fractionné a été ajusté jusqu’à ce que Karine soit en mesure de reprendre la course en continu et, finalement, reprendre son programme d’entraînement en vue du demi-marathon.

L’assiduité dans les exercices et le respect du programme de course fractionné de Karine, combinés avec les précieux conseils en physiothérapie, expliquent le succès de sa réadaptation.

Karine a mentionné s’être sentie bien prise en charge et rassurée, puis elle s’est dite contente d’avoir rapidement consulté Anne-Marie en physiothérapie. La collaboration est précieuse entre le physiothérapeute et son client, d’où l’importance de bien choisir le professionnel qui vous accompagne!

Chez Kinatex, votre vie active, on en prend soin.

Services associés

Programme course à pied

Trouvez une clinique

Cliquez sur votre région

Voir toutes les cliniques sur une carte Voir toutes les cliniques sur une carte