Trouvez
une clinique

KinatexLa quantification du stress mécanique à l’effort pour prévenir les blessures

La quantification du stress mécanique à l’effort pour prévenir les blessures
  • Publié le mercredi 7 juin 2017

La quantification du stress mécanique à l’effort pour prévenir les blessures

Un nouveau défi sportif ou récréatif est toujours agréable à relever mais parfois notre corps nous rappelle que nous avons dépassé notre limite physique. Cette limite est définie par la capacité maximale de nos tissus corporels (os, muscles, tendons, cartilages, fascias, ligaments) à supporter une charge ou un stress. Un mauvais dosage de l’effort et l’atteinte de cette limite entraînent des blessures comme par exemple une tendinite, une fracture de stress, une déchirure musculaire, etc. Voilà pourquoi, une petite leçon sur la quantification du stress mécanique s’impose!

Lors d’un effort physique, différentes forces tel que des torsions, des compressions et des tensions sont appliquées sur nos muscles, nos tendons, nos os et nos cartilages. Ces stress surviennent lors d’un entrainement, un sport mais aussi lors de vos activités de la vie quotidienne ou professionnelle.  Ces forces varient beaucoup selon l’activité pratiquée. Par exemple, la charge appliquée sur nos tissus est beaucoup plus grande à la course à pied qu’à la natation ou au vélo.

La quantification du stress mécanique se veut le meilleur moyen de prévenir une blessure ou de reprendre une activité physique après une blessure. En quantifiant et en dosant progressivement le stress appliqué sur notre corps, nous lui permettons de s’adapter en respectant la capacité maximale de nos tissus à prendre une charge tel que gravir des marches à répétition.  Si le principe de quantification du stress est bien respecté, nos tissus s’adapteront en se renforçant et en augmentant leur capacité maximale à prendre une charge.

Voici donc quelques conseils pour bien quantifier le stress mécanique :

Variez vos activités et la pratique de vos sports! La natation est reconnue pour avoir un faible niveau de stress mécanique puisque le tout se déroule dans l’eau. Tandis qu’à l’autre extrémité, nous avons la course à pied qui présente un bon niveau de stress mécanique. Donc bien planifier la pratique de vos activités en les variant peut vous permettre de bouger tous les jours sans surcharger votre corps.

Dosez vos efforts! Le corps doit pouvoir s’adapter à notre activité physique. Que ce soit le cas de la course à pied ou de gravir des marches, il est donc recommandé de débuter avec des entraînements de faible intensité ou de courte durée mais fréquents en gardant des jours de repos entre les entrainements pour la récupération. À la course à pied, un programme de course fractionné (alternance entre la marche et la course) est un excellent moyen d’atteindre nos objectifs sans blessures.

Écoutez votre corps! Pour savoir si votre dosage est adéquat, posez-vous simplement les questions suivantes. Est-ce que j’ai eu des douleurs à l’effort? Est-ce que ces douleurs se sont arrêtées immédiatement ou se sont prolongées après l’effort? Est-ce que les douleurs se sont prolongées jusqu’au lendemain et surlendemain? À toutes ces questions, la réponse est simplement : des courbatures légères, tolérables et de courte durée sont le maximum que vous devriez ressentir. Si c’est le cas, ne vous gênez surtout pas de progresser votre entrainement!

Adoptez une bonne technique! Un bon patron de course, un bon positionnement vélo, une bonne technique de soulèvement de charge ou toute autre technique spécifique à un sport, à une activité professionnelle ou même votre posture de jardinage feront une énorme différence dans la réussite de l’application de la quantification de stress.

À retenir! Peu importe le sport, le type d’entrainement ou l’activité que vous pratiquez, le but ultime est l’atteinte de vos objectifs sans l’apparition de blessures. Ne progressez donc pas trop rapidement vos entrainements. Laissez plutôt le temps à votre corps de s’adapter aux exigences de votre activité. Si vous quantifiez votre stress mécanique, vous éviterez bien des blessures.

En cas de doute, retournez-vous vers votre professionnel de la santé!

 

Geneviève Fortin

Technicienne en réadaptation physique et massothérapeute.



Kinatex St-Roch